Une ménagère au chômage 2

Publié le par Coralie Marie

las-vegas.JPG Suite du précédent post...

13h30 : Là c'est un peu le creux, plus de séries... Au choix, un programme enregistré la veille ou quelques jours auparavant, ou l'un des fameux téléfilms de M6. On ne se moque pas... Il y en a de plutôt bons. Bon il faut aimer les koalas craquants, les bébés qui font risette, les allemands en goguette en Bavière ou à Bali, les pionniers américains, les détectives amatrices, les psychopathes... Vous voyez le genre ! Une sympathique compagnie pour l'après-midi. Et si le menu de M6 ne vous convient pas (genre « une tornade dévaste une ville », ouais bof), il y a toujours moyen de se rabattre une heure plus tard sur TF1 qui propose aussi de bons téléfilms comme on aime. C'est souvent plus policier sur TF1 qui aime les femmes traquées par un ex-mari violent ou une rivale manipulatrice.

 

16h30 : Double ration de Las Vegas depuis l'arrêt de la Cauetidienne, on y gagne ! Double ration aussi si on compte les inédits du dimanche. Las Vegas est un univers superficiel, violent et souvent misogyne, mais c'est aussi la ville de tous les possibles, de tous les rêves. Et la série atteint un bel équilibre, c'est déjanté mais plein de bons sentiments. On n'est pas dans le trash grotesque (au sens littéraire) de séries comme Nip/Tuck, et certains regretteront peut-être ce trop plein d'angélisme à l'américaine. Mais moi je n'y suis pas insensible :-) Las Vegas, c'est le condensé de l'évasion qu'on cherche dans un voyage : une véritable aventure dans un monde qui ne ressemble en rien à son quotidien. Un monde de fête, de joie, de spectacles... Oui vraiment ça fait rêver, c'est souvent drôle et surtout l'équipe du Montecito est ultra-attachante. Ils sont beaux, ils ont bon coeur mais ils ont aussi un sens inné de la réplique qui tue. Voilà, ce qui me fait vraiment rêver dans Las Vegas, c'est l'idée de travailler avec eux :-)

 

18h : Avant il y avait la Star Ac', maintenant, suite à une difficile de cohabitation, j'ai laissé tomber TF1 pour Un dîner (presque) parfait. J'ai déjà consacré un post à l'émission donc je ne m'étalerai pas. Après quelques jours de diffusion supplémentaires, je confirme mon intérêt pour ce programme psycho-culinaire. Cette semaine, le casting est assez intéressant. Ce ne sont pas forcément des cuisiniers aussi aguerris que les semaines précédentes et l'alchimie entre ces individus si différents est loin d'être évidente. Entre la timide Gwen, la fantasque Yohana et l'élitiste Albert, l'équilibre d'une bonne soirée est fragile. C'est palpitant !

 

19h : On rejoint la troupe des travailleurs qui rentrent chez eux pour une soirée télé. C'est une autre histoire...

Bilan de la journée : pas beaucoup de service public pour les jeunes ménagères sans travail...

 

Copyright : Mitch Haaseth / NBC Universal

Publié dans Blabla

Commenter cet article