Ugly Betty ou ma madeleine Judith Light

Publié le par Coralie Marie

judith-light-ugly-betty.JPG J'adore Ugly Betty, j'aurais sûrement l'occasion d'en parler de son héroïne si sympathique et de la douce folie qui se dégage de la série. Aujourd'hui, je me concentre sur l'un des personnages secondaires, Claire Meade, interprétée par Judith Light. Dans la série, elle est une grande bourgeoise, alcoolique, excentrique et plutôt attachante. Mais si ça me fait si plaisir de la voir, c'est parce que Judith Light est une vraie madeleine pour moi ! (Tout le monde maîtrise le concept de la madeleine, j'espère...)

 




undefinedToutes mes années de primaire, le début du collège aussi (et plus tard, au hasard des rediffusions), ont été marquées par la série Madame est servie.
C'était bien avant que les séries deviennent top trendy, mais celle-là je l'aimais plus que tout. Bien sûr, c'était un savant mélange de répliques drôles et de moments d'émotions, mais mon attachement à cette série va au-delà d'un simple jugement qualitatif. Je ne reviendrai pas sur le principe du couple qui se tourne autour pendant des années, j'en ai parlé hier et on adore tous ça :-) En fait, les origines italiennes du héros, Tony Micelli, me parlaient et parlaient à ma famille puisque mon père aussi est un rital ! Et la féministe débutante que j'étais, n'était pas insensible à la thématique so 80's de la série, avec ce retournement des genres : une super business woman, incapable de cuisiner un jus d'orange, et une bonne pleine de muscles et de testostérone, très au point en matière de lessives. Le syndrome de la vie de famille qu'on suit comme s'il agissait effectivement de notre famille n'a jamais été aussi fort qu'avec Madame est servie :-) D'ailleurs quand dans un hôtel de New York, je suis tombée sur un vieil épisode, c'était comme si d'un coup je me retrouvais chez moi. Quand je repense à l'enfance et à ses bons moments, il y a forcément Madame est servie !

 

On revoit de temps en temps les acteurs dans des téléfilms, ça fait toujours plaisir de les suivre, de ne pas les perdre de vue. Alyssa Milano a grandi dans Melrose Place, elle est devenue une vraie femme dans Charmed, et si mes souvenirs sont bons, ce sera dans My name is Earl qu'on la verra bientôt, c'est très différent, ça promet ! Et il y a Judith Light... En vieillissant, son visage s'est durci, surtout dans son rôle de procureure implacable de New York, unité spéciale. Et l'alcoolique Claire Meade semble loin d'Angela Bower. Et pourtant, on retrouve sa voix un peu femme fatale et ce je ne sais quoi de provocation dans la regard, pas de doute, c'est bien elle :-) Au plaisir de la revoir encore et encore !

Copyright : Scott Garfield - 2006 ABC Inc. / CPT Holding

Publié dans Séries

Commenter cet article