Arte explore nos zones humides...

Publié le par Coralie Marie

Attention, événement, hier j'ai regardé Arte TOUTE la soirée, je crois que mon cerveau ne s'en est pas encore remis... Après Nord et Sud, j'ai (re-re-)regardé les Virtuoses, film culte des 90's où Ewan McGregor est étonnament peu sexy. Du coup je me suis laissé embarquer par le documentaire diffusé juste après, qui revenait sur la polémique qui a entouré la sortie en Allemagne le livre de Charlotte Roche Feuchtgebiete, bien dispo en France sous le titre Zones Humides. Du scandale, de la provoque, de la littérature... Ca m'a rappelé mes années étudiantes pendant lesquelles j'avais justement étudié de tels ouvrages.


Et bien, mine de rien, j'étais enchantée de suivre un programme qui d'une part me faisait découvrir une personnalité intéressante (Charlotte Roche bosse à la télé, elle a un sourire malicieux et des coiffures de jeunes filles modèles, elle glousse en lisant ses textes... parce que sous ses airs ingénus, madame écrit les pires horreurs), et d'autre part posaient de vraies bonnes questions quant à la vulgarité d'un texte ou le poids d'un tabou. On osait même y parler féminisme (on sent que le 8 mars approche, il y a une zone de tolérance à notre égard). Pour résumer ce livre selon ce que j'en ai perçu hier, c'est un récit d'Hélène, une jeune fille de 18 ans qui explore son corps et dévoile ses petits péchés mignons, enfin quand je dis mignon... Elle met vraiment à jour ses petits plaisirs honteux, sans se soucier des tabous liés à l'hygiène ou à la pudeur.


Je ne crois pas que je lirai Zones humides, rien que les quelques passages d'hier m'ont écoeurée, mais les questions qu'il soulève me passionnent. Voir les réactions offusquées ou au contraire amusées des gens, alors que finalement Charlotte Roche évoque des choses plutôt naturelles (mais pas que). Il y a bien sûr aussi le rapport à la féminité. Même si cette Hélène fait des choses répugnantes, elle a le mérite de présenter un corps à l'antipode de la chose lisse, inodore, presque plastifiée que l'on voit en général (magazines, pubs, photos, n'importe où finalement).


Charlotte Roche disait quelque chose dont je suis convaincue : tous les efforts que l'on fournit pour être chaque jour parfaite (= épilée, maquillée, sublimée) ne contribuent pas à nous donner le sentiment d'être bien. C'est évident, on vit avec la culpabilité d'être au naturel d'horribles monstres poilues qui transpirent, il y a mieux pour l'ego... Et preuve que ces questions méritent d'être posées, à propos de l'épilation une lectrice interrogée disait « oui, bon, bah voilà on doit s'épiler, il y a pas de quoi débattre », bah si, justement ! Et plus particulièrement en France où ce n'est même pas un choix (l'Allemagne a un rapport un peu différent). Si l'on interroge les femmes, elles répondront qu'elles s'épilent parce que c'est plus joli, que les poils c'est moche ou sale. Le maquillage aussi c'est plus joli, pourtant tout le monde ne se maquille pas, en revanche des aisselles ou des jambes poilues, je n'en ai pas vues depuis une éternité...


Arte tombe parfois dans l'intellectualisme racolleur, là c'était plutôt pertinent. Une bonne suprise, donc, et j'ai hâte de voir l'accueil que va recevoir le livre en France (avec campagne de pub façon faux blog tenu soi-disant par l'héroïne) !

Publié dans Evénement

Commenter cet article

Céline 07/03/2009 10:24

Hello Coralie !
J'ai été choquée au premier abord ... puis j'ai trouvé l'héroïne attachante. :-)

Coralie Marie 07/03/2009 10:32


Oui, ça ne m'étonne pas, cette héroïne a l'air de porter beaucoup de souffrance en elle !


Céline 06/03/2009 18:01

Je suis tombée à la suite sur l'interview dans Elle puis le reportage, et il existe le blog de l'héroïne ! www.zones-humides.fr

Coralie Marie 06/03/2009 19:04


Bienvenue Céline ! J'ai vu sur ton blog que tu avais lu le bouquin, ça va, tu n'as pas l'air traumatisée :-) Le faux blog de l'héroïne est une bonne idée de comm, je suis tombée dessus hier en
cherchant une illus mais bon, je sais trop que c'est du faux !


Shopgirl 06/03/2009 17:31

Il y a une interview de l'auteur dans le Elle de cette semaine et je dois dire que ce n'est pas le genre de récit que je lirais mais il a le mérite de soulever des questions...
Même si je n'aime pas la case épilation, je reconnais que des jambes douces, c'est quand même mieux, non ?

Coralie Marie 06/03/2009 18:42


Vu que j'ai failli vomir devant ma télé, je ne pense pas le lire non plus :-) Pour ce qui est de l'épilation, je traque furieusement le poil moi aussi, mais je sais aussi que j'adore ceux des
hommes et que nos corps ne sont pas si différents, si l'Histoire avait suivi un autre chemin, on ne se poserait peut-être même pas la question et on vivrait heureuse avec nos poils !


Yenayer 06/03/2009 11:44

J'ai vu ça "en diagonale" et j'ai trouvé ça racoleur, écoeurant, trop facile, bas, d'une nullité affligeante. Car entre se poser la quetsion de l'épilation et faire l'aplologie de la saleté et la critique de la proprété il y a un gouffre ..
Je me posais quand même une quetsion : selon charlotte roche peut-on pêter à table lors d'un repas de famille ou d'un diner amoureux ? ...c'est naturel n'est-ce pas ?
Il y a aussi une des intervenantes qui avançait comme argument qu'au moyen age, les gens se baladaient dans de srues sales ou les ordures et les excréments jonchaient , enfin tout un tableau idyllique de cet époque .. Comme il est aussi ( et bcp ) question de féminisme dans ce reportage, je me demandais si cette même personne ferait l'apologie du statut de la femme dans ce même moyen-âge. Pourquoi trier pour trouver des arguments tirés par les cheveux ?
Enfin .. c'est la décadence .. :)

Coralie Marie 06/03/2009 15:49


Bienvenue Yenayer. Il ne faut quand même pas oublier que c'est un roman et non une autobiograhie, je ne crois pas que Charlotte Roche fasse l'apologie de la saleté, elle raconte une histoire
qu'elle sait dérangeante. Peut-être qu'elle fait en vrai ces choses dégoûtantes, mais peut-être pas. Ce qui est intéressant, ce sont les réactions que ces simples mots provoquent. Alors qu'on lit
en permance des histoires de meurtres, de violence etc... On est bouleversés par du pipi, ce n'est pas rien :-)