Françoise Dolto, le désir de vivre

Publié le par Coralie Marie

Josiane Balasko a réussi un exploit, celui de me résoudre à enregistrer Cold Case et my beloved Lily Rush, pour regarder TF1. J'aime l'actrice, c'est vrai, mais pas seulement. J'étais curieuse de découvrir le travail de celle qui a apporté un peu de psychologie et surtout d'humanité aux soins des enfants, Françoise Dolto. Et là qu'on dit merci à la réalité, si le téléfilm avait été une pure fiction, j'imagine que l'héroïne n'aurait pas été une femme gironde qui fume !


Josiane Balasko est parfaite dans son rôle, elle y impose la force qu'on lui connaît, mais exprime aussi une infimie douceur à laquelle elle nous a moins habitué. J'ai eu le sentiment de redécouvrir la voix de la comédienne, une intonation plus posée qui donne effectivement envie de se laisser aller à dévoiler ses angoisses.

Les deux histoires utilisées comme illustration n'étaient pas forcément ce qu'il y avait de plus intéressant (même si elles décrivaient l'après-guerre à travers un angle original), à travers elle, c'est bien sûr le regard et la méthode de Françoise Dolto qui étaient mis en avant.


Et c'est là qu'on peut trouver matière à reproche au téléfilm. Au tout début, on nous présente une Françoise Dolto jeune adolescente qui semble avoir déjà décidé de comment pratiquer la médecine ! N'est-ce pas un peu prématuré et simplise ? Finalement j'aurais bien aimé la découvrir en jeune femme médecin, quand elle était en pleine recherche et qu'il devait être vraiment difficile pour une femme d'exister par elle-même. Là elle sait déjà tout mieux que tout le monde ! Mais ne boudons pas notre plaisir, la voir obliger les médecins réactionnaires à reconnaître l'efficacité de ses méthodes, est très Docteur Quinn way of life, et forcément on adore :-)


Copyright : Patrick Roncen / TF1

Publié dans Evénement

Commenter cet article

shopgirl 22/10/2008 10:26

J'ai été bluffée par ce téléfilm et l'interprétation de Balasko. Je la savais sensible mais à ce point... Dolto a du faire ses preuves, la reconnaissance n'est venue que plus tard, c'est pourquoi je garde une image d'elle proche du téléfilm, sa jeunesse est sans doute intéressante mais son travail l'est encore plus.
Un bel hommage à une grande dame.

Coralie Marie 22/10/2008 10:45


Mais justement son travail paraît très acquis dans le téléfilm, alors qu'il lui a sûrement fallu du temps pour élaborer ce fonctionnement, et ça aurait pu être intéressant à voir.


cicise 21/10/2008 17:50

J'ai quand même aimé ce télé-film et J Balasko m'a également captivé par son jeu, sa voix etc...
Ce fut une bonne soirée télévisée.

Coralie Marie 21/10/2008 18:13


Quel plébiscite pour Josiane Balasko !!!


cicise 21/10/2008 16:45

Deux parties m'auraient également parues plus justes, pour la voir jeune médecin,et ses débuts. J'ai l'impression d'avoir vu une histoire raccourcie.
J Balasko, agréablement surprise par ce rôle.
Excellente comédienne.

Coralie Marie 21/10/2008 17:44


Le sujet était peut-être trop audacieux pour oser un deux parties ?


Loreal 21/10/2008 13:53

Je n'avais aucune envie de le regarder, et j'ai accroché tout de suite alors je suis restée. J'ai trouvé la fin un peu rapide, je pense que le sujet aurait mérité un film en 2 parties au moins.

Coralie Marie 21/10/2008 14:22


Oui la fin était un peu frustrante !! Deux parties auraient permis de couvrir une période plus large, ça aurait été bien !


Cagaroule 21/10/2008 10:19

Coucou !
J'ai passé ma soirée à zapper entre les deux... Ce qui m'a le plus marqué, c'est également le ton de la voix de J. Balasko. Arriver à toujours nous surprendre, c'est peut être bien ça être un bon / grand acteur ?

Coralie Marie 21/10/2008 13:33


Oui, sûrement ! C'est appréciable de la voir ailleurs que dans une comédie !