Koh-Lanta - épisode 5

Publié le par Coralie Marie

Charlène, dernière représentante de la gente féminine, rentre au camp sans sa copine Jessica sans cacher sa tristesse. L'équipe des Jaunes est censée partir sur de nouvelles bases, mais dans les faits, rien ne change vraiment, Jean-Bernard n'assume pas son rôle de chef « chacun fait ce qu'il veut » et Hakim se berce d'illusions « on va être plus forts. »

Chez les Rouges, c'est (pour changer) Nathalie qui broie du noir. Elle n'a pas envie de faire d'efforts, estimant qu'elle a déjà fait ses preuves et quitte à se mettre à dos Christopher. Elle s'en fout, puisque « moins elle lui parle, mieux elle se porte. »

Eh oui, c'est toujours folle ambiance !!

 

En guise d'épreuve de confort, chaque équipe doit effectuer un trek, armée d'une seule boussole et d'une carte. Chacune doit ramener les 10 plus grosses noix de coco, et les Jaunes reprennent d'emblée leur bonne habitude de se hurler dessus ! Chez les Rouges, c'est une nouvelle fois Nathalie qui se fait remarquer, elle explique qu'elle s'interdit de faire des réflexions, comme d'autres de ses coéquipiers, et j'ajouterais coéquipières... On peut la comprendre, Bertrand qui flippe de ne pas être à la hauteur, est assez pénible.

 

Les Jaunes sont paumés, Jean-Bernard le soi-disant chef, n'avait même remarqué qu'ils étaient dans des rizières ! Il a un peu de mal à se concentrer à cause de son sac à dos, il n'en avait pas porté depuis ses 12 ans, le pauvre chéri. Hakim a déjà renoncé à ses doux rêves : « Les jaunes, c'est une équipe de bras cassés. » Enfin s'ils écoutaient Charlène, la seule à comprendre quelque chose à la carte mais qui passe inaperçue à cause de sa voix fluette !

Mais enfin, rendons à César ce qui lui appartient, Hakim ne dit pas que des choses stupides, il admire « la force intérieure de Charlène », qu'il qualifie de « sacrée bonne femme ».

 

Là en résumé, ça ne donne rien, mais je vous assure que les paysages étaient magnifiques :-) L'écart se creuse entre les rouges et les jaunes, les premiers trouvent des patates douces pour leur dîner, les seconds passent à côté sans les voir. Leurs installations pour la nuit sont sommaires (Jean-Bernard se met la marmite sur la tête en cas de chûte de noix de coco, top de la glamouritude) et avoir pris un bon dîner fait une sacrée différence pour le moral, finalement Charlène et Hakim se dévoueront pour faire marche arrière et aller chercher à manger. Tout s'arrange au matin quand ils tombent sur un Philippin dévoué qui leur décroche les 10 plus grosses noix de coco du coin en grimpant comme un Dieu à un arbre. Chez les Rouges, c'est Christophe, c'est moins gracieux mais néanmoins admirable.

 

Victoire pour les Jaunes à la balance, mais fausse joie, l'épreuve de confort ce n'est pas ça. Les jaunes ne gagnent qu'un petit avantage lors de la véritable épreuve, celle des vers. Oui, la fameuse épreuve, où je trouve assez honteux de tuer des vers juste pour le fun... Le bonus pour les Jaunes revient à Hakim qui tombe sur un morceau de tarte aux citrons en lieu et place des bestioles grouillantes. Personne ne faiblit, et tout se joue en finale entre Charlène et Nathalie. Charlène échoue alors qu'elle s'est vantée d'être la championne des vers, dommage. Nathalie remonte en flèche dans l'estime de ces petits camarades (touchés que cette sans-enfants se dévoue pour que les parents de l'équipe puissent appeler leurs rejetons), sauf de Bertrand le sans-coeur !

Ils me font pleurer ces imbéciles à tous chouiner auprès de leur famille !

 

Forcément le moral n'est guère au beau fixe chez les Jaunes. Charlène s'excuse toutes les deux minutes, elle en a perdu son sourire. Heureusement Hakim nous offre la minute humour du jour : il confond « vermeille » et « verveine ». Il est assez drôle aussi quand il explique qu'il n'est pas sain que l'équipe ne s'engueule pas après leur défaite, car ça prouve qu'il n'y a pas de vie. On les trouvait plutôt vivants nous :-)

 

Nathalie propose un discours plus réaliste : elle est consciente que son équipe ne voit que par la force et qu'avec elle, c'est « pas de quartier pour les femmes ». Effectivement ils n'ont pas l'air de trouver très drôle sa plaisanterie sur son futur échec à l'épreuve d'apnée. Bertrand, de tout son mépris sexiste, assène : « Déjà tu vas te calmer, tu gaspilles trop d'oxygène. »

Mais la chance est avec elle, elle échappe à l'épreuve par tirage au sort. C'est encore une fois une victoire pour les Rouges, les capacités pulmonaires de Jean-Bernard n'auront pas suffi à compenser la faiblesse générale des Mingao (sans compter qu'il a cassé son masque). Mais bon, ils sont habitués... Ils sont moins habitués en revanche à ne pas éliminer de fille, et pourtant... Charlène est sauvée par Jean-Bernard et Régis, et c'est Alain le dernier venu qui quitte le jeu.

 

Next week, la réunification !


Copyright : TF1 

Publié dans Télé-réalité

Commenter cet article

Libellule 02/08/2008 14:47

Aaaah, je ne suis donc pas la seule à verser des larmes lorsqu'ils sanglotent au téléphone ;-)
Hakim m'a presque impressionnée cette fois : non seulement désormais il sait écrire les prénoms, mais en plus il se fend d'un compliment-vérité sur Charlène.
Le gobage d'horribles vers gluants est une séquence que j'ai du mal à regarder : ça me retourne les tripes, j'en serais parfaitement incapable.
(en passant j'ai un peu de mal aussi avec ces bêbêtes qu'on voit chaque semaine, perchées sur les branches, aux yeux orange exorbités, je suis une baltringue : oui, j'ai peur !)
La réunification devrait apporter son lot de suprises et de règlements de compte. Si cela pouvait calmer les ardeurs de cette bande de messieurs qui se croient réunis pour le concours de qui pisse le plus loin, ce serait pas mal.
Qui sont tes favoris à ce stade du jeu?

Coralie Marie 02/08/2008 15:50


Je ne l'ai pas écrit mais moi aussi j'étais au bord du vomissement avec les vers, je suis une petite nature comme toi, et je vois tout à fait de quelles bêtes tu parles ;-) Le concours de celui qui
pisse le plus loin, c'est tout à fait ça ! Pour le moment, je n'ai pas vraiment de chouchou en dehors de Charlène et dans une moindre moindre mesure Jean-Bernard, je réalise qu'on n'entend
jamais les filles rouges et c'est regrettable !!