Confessions intimes : 1er avril

Publié le par Coralie Marie

Je viens de percuter la date en écrivant le titre et pourtant ce n'était pas une blague. Hier grand moment de Confessions intimes. En bonne chrétienne, je m'éfforce de toujours regarder l'émission avec compassion : on ne juge pas, on ne se moque pas (sauf des gros machos). Mais hier c'était trop dur avec le couple de fans, pardon, pardon, mais j'ai vraiment pouffé devant ma télé. Elle, ses blouses de ménage en guise de robes et son tatouage de Frédéric François ; Lui, son horrible coiffure et ses t-shirts XXL estampillés Johnny Hallyday. C'était juste Waouh ! Et leur guerre du à qui mettra le plus de posters et vas-y que je mets la musique à fond, c'était hallucinant. Bon, ça a l'air de les rendre heureux, dommage que le mari impose toujours la musique à sa femme (condamnée à chanter Je t'aime à l'italienne sur son vélo).

 

Il y avait aussi la mère envahissante, celle qui à 75 ans tient la jambe de son fils jusque dans son bureau ! Sérieux, mais où vont-ils les chercher ? Mais celle qui a le plus retenu mon attention, c'était la jeune fille habillée en Barbie (= plus c'est court et plus c'est rose, mieux c'est). Quand on l'aperçoit dans la bande annonce, on a l'impression de se retrouver face à Brigitte, le personnage de Bimbo de Florence Foresti ! Et pourtant pas tant que ça. Elle est étudiante en droite, parle d'une voix fluette mais dit des choses posées et intelligents. En discutant avec la psy, elle a fini par abandonner sa panoplie derrière laquelle elle cachait ses complexes et le manque de confiance en elle. On ne peut que s'en réjouir et c'est vrai qu'elle allait très loin dans sa démarche.

 

Je regrette seulement que la psy n'ait pas souligné ce qu'il y avait de juste dans son discours. Les gens lui répétaient sans cesse qu'elle devrait changer de style parce que les gens ne voyaient en elle qu'une fille stupide et facile alors que ce n'était pas ce qu'elle était. Et pourquoi devrait-on changer de style parce que les gens fonctionnent selon des préjugés ?? C'est exactement ce que dit Erin Brockovitch, et je ne peux que la rejoindre. Si on s'aime sexy, en décolleté ou en minijupe, on devrait y renoncer parce que certains sont incapables de comprendre que ce n'est pas incompatible avec un cerveau ? C'est vrai qu'elle frôlait parfois les limites de l'impudeur, mais tous ses interlocuteurs étaient tous d'accord pour dire que c'était à elle de changer. Dommage. Et je me demande quel pourcentage de téléspectateurs en a tiré les mêmes conclusions que moi !

Publié dans Télé-réalité

Commenter cet article

Didou 02/04/2008 22:27

"Barbie" est le seul sujet de l'émission que j'ai regardé. Elle est tellement belle démaquillée !!! Une caricature le reste du temps... Je crois quand même qu'on peut être sexy sans être vulgaire ou ridicule, ce qui était quand même son cas avant la rencontre avec la psy ! Une médaille à son chéri !!

Bisous Coralie-Marie.

Coralie Marie 03/04/2008 01:29


C'est vrai qu'elle était too much, mais Erin Brockovitch aussi est vulgaire dans le film. Où doit s'arrêter la liberté du (mauvais) goût, je me demande ! Enfin de toutes façons, renoncer au crayon
contour des lèvres ne peut pas être un mal :-) Biz !