Californication : audace sulfureuse ou provoc à deux balles ?

Publié le par Coralie Marie

californication-fauteuil.jpg On l'attendait avec impatience, M6 diffuse depuis hier Californication, une série qui a beaucoup fait parler d'elle depuis un an. Pourquoi ? Pour le plaisir de retrouver David Duchovny dans un rôle aux antipodes de celui de Fox Mulder, déjà, mais aussi pour son sujet : la vie sexuelle débridée d'un écrivain quadragénaire. Il paraît que c'est surprenant parce que les américains sont puritains, blablabla, ce n'est pas faux mais en matière de séries, ils nous ont déjà habitués à un discours relativement libéré (Sex&the City, Nip/Tuck...). De toutes façons, chez les français comme les américains, dès qu'on parle un peu de sexe, l'oeil frétillant des téléspectateurs s'allume :-) Au final, Californication : série rebelle ou juste un peu provoc ?

 

L'histoire

Hank Moody (David Duchovny) a quitté New York pour Los Angeles, mais désabusé et dépressif il ne s'adapte pas vraiment à l'esprit Côte Ouest. Ecrivain à succès, il a perdu l'inspiration et n'apprécie guère l'adaptation cinématographique de son dernier livre. Quant à sa vie privée, il court après son ex-femme sur le point de se remarier sous l'oeil curieux de sa fille de 12 ans. Pour se changer les idées, Hank couche, beaucoup. Des femmes vont et viennent dans son lit, moins par épicurisme que par hasard. Parmi elles se trouve Mia, la fille du futur mari de son ex-femme, âgée de seulement 16 ans... informations qu'il ne découvrira qu'après, naturellement.

 

Californication--famille.jpgAlors, prometteur ?

Dès les premières minutes, le ton est donné : Hank se fait tailler une pipe par une religieuse au physique de bombe sexuelle. C'est un rêve bien sûr mais dès le réveil ça enchaîne, et là on sent un peu trop le côté "regardez comme on est libérés, on parle trop facilement de sexe", avec un accumulation de termes "fleuris" pas très naturelle : et vas-y que je te parle de clito, de rondelle etc... On a compris je crois. C'est un peu le problème de la série, à force de vouloir se positionner en "série qui parle de sexe", ça en devient vite too much. Honnêtement je pense que très peu de femmes, et encore moins de jeunes filles de 16 ans, disent des phrases telles que "j'ai envie de me faire défoncer". Dans leurs paroles et leurs comportements, les femmes de la série ont l'air de sortir tout droit d'un esprit masculin. Pas très intéressant... Elles n'affichent pas vraiment une sexualité libérée, elles confortent plutôt des fantasmes masculins.

Quelques éléments positifs néanmoins : c'est assez drôle, David Duchovny est très bon, on retrouve Evan Handler (le mari de Charlotte dans Sex&the City)... Et puis surtout il y a la relation père-fille que l'on suit entre Hank et sa fille Becca. Cette ado de 12 ans, précoce et intelligente, réserve sûrement son lot de répliques pertinentes et de péripéties mouvementées. Je crois beaucoup en ce personnage :-)

A suivre donc, parce qu'on ne juge pas une série sur deux épisodes !

 

Copyright : CBS Studios Inc.

 

 

Publié dans Séries

Commenter cet article

Manou 15/03/2008 16:57

C'est vrai qu'on ne juge pas sur deux épisodes mais on sent déjà plus ou moins si on accroche ou non. Pour avoir vu environs 3/4 épisodes il y a quelques temps... J'ai juste pas aimé du tout du tout !!

Coralie Marie 15/03/2008 18:48

Et qu'est-ce que tu n'as pas aimé en fait ? Enfin ça me rassure, j'avais peur d'être la seule à ne pas avoir accroché :-) En fait j'y ai un peu retrouvé ce qui me dérange aussi dans Nip/Tuck (que je ne déteste pas mais qui ne me plaît qu'à moitié) : une réflexion intelligente gâchée par trop d'effets inutiles, trop d'exubérance et un manque évident de naturel. Ce sont des oeuvres un peu grotesques comme l'étaient certaines comédies au Moyen-Age !

Coralie Marie 15/03/2008 13:46

@Didou : Je ne trouve pas que ce soit la version masculine de Sex&the City. Je trouve que dans cette dernière, le côté sexe s'intègre vraiment à leur vie, la manière dont elles en parlent me semble réaliste, c'est naturel et beaucoup moins caricatural. Même Samantha, dont le comportement est assez extrême par rapport à la moyenne des femmes, sonne plus vrai que ce que j'ai vu hier. Mais peut-être qu'il faut juste laisser le temps à la série et à son héros de s'installer. Let's see. Biz, à plus :-)
@Denis : Bienvenue et merci pour ton com ! J'espère qu'à l'avenir les bonnes répliques vont l'emporter sur le racoleur :-)

Denis 15/03/2008 12:53

Moi qui ne suit jamais les séries, j'ai trouvé ça drôle, en tout cas il y a de bonnes répliques, sinon évidement c'est racoleur a fond. Et Duchovny et excellent.

Didou 15/03/2008 12:34

Une sorte de version masculine de Sex & the City ! D'autant que les protagonistes sont tout deux écrivains... On a cette fois la vision du mâle : ça change et j'aime bien !!!

Finalement, il n'est pas moins "torturé" que nous !

Bisous Coralie-Marie !