Comment la télévision fête le 8 mars, journée des femmes

Publié le par Coralie Marie

femme.gifPoint de rappel déjà, ce n'est pas la journée de la femme, genre célébration d'une entité abstraite et informe, mais la journée des femmes, c'est-à-dire, une journée de lutte et de solidarité.

Que nous réserve la télévision pour l'occasion ? Grosso modo, rien. Même Arte qui en profite généralement pour refourguer un documentaire sur le sexe a fait l'impasse. Du côté de TF1, attention c'est du lourd : après un mur 100% féminin (bouh ça fait peur !) dans 1 contre 100, c'est Attention à la marche qui dégaine une spéciale "people femmes", whou on en rêvait !

 

Seule France 3 tire son épingle du jeu. Dans la collection Passé sous silence, elle programme M.Neuwirth, tenez bon ! Le combat pour la pilule, un docu-fiction qui revient sur la lutte menée dans les années 60 pour faire voter une loi autorisant la contraception. 1967... il y a 41 ans... No comment. Pour voir cela, il faudra attendre 23h05. Mais en guise de récompense, vous pourrez enchaîner avec un numéro de La Case de l'oncle Doc consacré aux femmes d'origine étrangère qui créent leur activité.

 

Revenons plutôt au T'empêches tout le monde de dormir de mardi dernier. Marc-Olivier Fogiel avait invité Isabelle Alonso sous prétexte d'un débat sur le féminisme : est-il toujours d'actualité ? Les féministes sont-elles castratrices ? Prometteur donc :-/ En contre-point il avait fait venir un professeur datant sûrement de l'époque de Darwin vu la modernité de ses idées, il nous a fait le coup classique de "les différences sont naturelles", oui bien sûr, les petites filles ne sont pas élevées comme les petits garçons, mais tout ça c'est naturel. Le parallèle avec le racisme est toujours intéressant dans ces cas-là. Si Marco avait invité un militant de SOS racisme, il ne se serait pas senti obligé d'inviter un militant du Front national, il ne lui aurait pas dit qu'il exagérait parce que quand même les choses avaient progressé depuis la fin de l'esclavage, et une des invités n'aurait pas dit le sourire aux lèvres : « Moi j'aime bien les hommes un peu racistes quand même ». Comme à son habitude Isabelle Alonso était posée, elle a bien argumenté, elle a même rencontré du soutien auprès de Lio mais malgré tout j'ai peu d'espoir. Pourquoi les gens refusent-ils d'entendre ce discours plein de bon sens ?

Publié dans Blabla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article